· 

Sport auto : le Brésil et la Formule 1

Ayrton Senna
Ayrton Senna

La semaine dernière, je vous ai exposé les détails de l’affaire Petrobras, un vaste scandale politico-financier qui ébranle le Brésil depuis 2014.

 

Petrobras? Ce nom est familier des amateurs de courses automobiles et en particulier de Formule 1. Le logo de cette société (la plus importante société pétrolière d’Amérique du Sud) est omniprésent sur les circuits de Grands Prix et Petrobras a été l'un des principaux sponsors de l'écurie Williams, puis de Honda.

 

La transition est facile, cette semaine je vais dresser un portait de la Formule 1 au Brésil, des pilotes brésiliens les plus célèbres et des circuits où se déroulent les courses de Formule 1 dans le pays. Le premier Grand Prix du Brésil comptant pour le championnat du monde de Formule 1 fut organisé en 1973 sur le circuit d’Interlagos et remporté par le pilote brésilien Emerson Fittipaldi.

 

Le circuit d'Interlagos (en français “entre les lacs”) fut inauguré en mai 1940. Il est situé dans le sud-est du Brésil, près de la plus grande ville d’Amérique du Sud, São Paulo. La région est montagneuse et le tracé rend le pilotage très difficile, un peu comme à Spa-Francorchamps. En 1973, le circuit faisait près de 8 kilomètres et le tracé actuel qui date de 1990, 4,3 kilomètres.

 

En 1978, puis de 1981 à 1989, le circuit d’Interlagos perd l’organisation du Grand Prix au profit du circuit de Jacarepaguá, situé au sud de Rio de Janeiro. Ce circuit avait été créé dans les années 1960 et après d’importants travaux de rénovation dans les années 1970, un nouveau tracé de 5 kilomètres est achevé en 1977. Peu après son inauguration, le circuit accueille le Grand Prix de Formule 1 du Brésil en 1978. Jacarepaguá a donc accueilli le Grand Prix du Brésil à dix reprises, la dernière fois en 1989. En 1988, le circuit est baptisé “Autódromo Internacional Nelson Piquet” en l'honneur du pilote brésilien triple champion du monde (1981, 1983 et 1987) et deux fois vainqueur à Rio. Triste sort, en 2012 le circuit a été démoli pour permettre la construction du principal site de compétitions des Jeux Olympiques de 2016.

 

En 1985, le circuit d’Interlagos prend le nom du pilote brésilien José Carlos Pace, décédé dans un accident d'avion en 1977. Carlos Pace avait gagné une seule course de formule 1, le grand Prix du Brésil en 1975 à Interlagos. En 1989, de grands travaux sont effectués, on construit de nouveaux stands, une tour de contrôle, et la longueur de la piste est réduite à 4.325 mètres. Dès 1990, les Grands Prix de Formule 1 du Brésil seront à nouveau organisés à Interlagos. Les courses sont toujours très spectaculaires car organisées en fin de saison, en novembre pendant la saison des pluies au Brésil. Souvent sous une pluie battante.

 

Avec 6 victoires, le français Alain Prost est le pilote qui a remporté le plus grand nombre de Grand Prix du Brésil devant l’argentin Reutemann et l’allemand Schumacher, vainqueurs chacun à 4 reprises. Les brésiliens ont remporté ce Grand Prix à 9 reprises : Emerson Fittipaldi, Nelson Piquet, Ayrton Senna et Rubens Barrichello, 2 fois et Carlos Pace, 1 fois.

 

Parmi les pilotes de Formule 1 les plus célèbres de tous les temps, cinq brésiliens ont marqué les mémoires. Et comme mentionné ci-dessus, un sixième pilote brésilien a gagné un Grand Prix, Carlos Pace. Selon mon appréciation, deux pilotes d'exception dépassent tous les autres : Ayrton Senna et Emerson Fittipaldi.

 

Le tout premier brésilien à remporter une course de Formule 1 fut Emerson Fittipaldi. Il s’impose dès son cinquième Grand Prix en 1970 aux États-Unis. Aujourd'hui encore il est considéré, à l’instar d’Ayrton Senna, comme l'un des pilotes de F1 à la réussite la plus fulgurante. Entre 1970 et 1975, il remporte 14 victoires et est sacré champion du monde en 1972 et 1973. Il aurait pu gagner beaucoup plus de courses s’il n’avait opté en 1976 pour la petite écurie brésilienne Copersucar qui ne fut jamais compétitive. En 1980, il quitte la F1 et devient une star du sport automobile nord-américain : il remporte le championnat CART et, deux fois les 500 Miles d’Indianapolis. Notons que son petit-fils Patricio Fittipaldi est le plus souvent cité pour devenir le prochain pilote brésilien de Formule 1.

 

A cette époque, arrive Nelson Piquet qui entre 1978 et 1991 engrange 23 victoires en Grand Prix et 3 titres de champions du monde. Petite anecdote, son père fut ministre et pour conserver son anonymat, il prit le nom de sa mère, Piquet, d’origine française. Sa période post Formule 1 fut moins brillante. Il tenta sa chance sur les circuits aux États-Unis sans grand succès, eut un grave accident où il frôla l’amputation et connu par la suite divers ennuis, dont le retrait de son permis de conduire! Sans oublier que le circuit automobile qui portait son nom à Rio fut détruit pour laisser place au principal site des Jeux Olympiques de 2016.

 

En 1984, un jeune pilote brésilien se fait remarquer : il s’appelle Ayrton Senna. A Monaco, sous des trombes d’eaux, il effectue une splendide remontée et termine deuxième derrière Alain Prost, son futur grand rival. En mai 1994, Il disparaît tragiquement lors du Grand Prix de Saint-Marin, après 41 victoires et trois titres de champions du monde. Considéré par beaucoup comme le meilleur pilote de F1 de tous les temps, Ayrton Senna est une véritable idole, et pas seulement au Brésil.

 

Par la suite deux brésiliens vont chacun remporter 11 Grand Prix. Rubens Barrichello qui aura disputé 325 courses, un record, entre 1993 et 2011 et Felipe Massa. Ce dernier vient de mettre un terme à sa carrière, il y a quelques semaines lors du dernier Grand Prix de la saison à Dubaï. En 2008, Massa a été à une centaine de mètres du titre de Champion du Monde, devant son public à Interlagos. Alors que Massa a passé la ligne d’arrivée en vainqueur, Hamilton dépasse un pilote en difficulté dans le dernier virage, prenant ainsi la cinquième place et privant, pour un point au classement général, Massa du titre de Champion du Monde.

 

En 2018, sauf rebondissement improbable de dernière minute, il n’y a aura pas de pilote brésilien aligné en Grand Prix de Formule 1. Une première depuis 1969.


Jean-Pol Rihoux

 

Extrait de "52 chroniques pour découvrir le Brésil"