· 

La région Nord du Brésil

L'Amazone
L'Amazone

Le Brésil, cinquième plus grand pays du monde est divisé en cinq grandes régions administratives : Le Nord, le Nord-Est, Le Centre-Ouest, le Sud-Est et le Sud. Et les 26 États brésiliens ainsi que le District fédéral (qui abrite la capitale Brasilia) sont rattachés à une de ces régions.

 

Les régions du Sud et du Sud-Est sont les plus développées sur le plan social et économique. Le Sud, est considéré comme l’Europe brésilienne tant la concentration de descendants d’immigrés européens, principalement d’origine allemande et italienne, y est importante. Et en hiver, de juin à septembre, la température peut descendre en dessous de zéro degré. Le Sud-Est est la région la plus urbanisée et la plus industrialisée, avec les deux plus grandes agglomérations du pays, São Paulo et Rio de Janeiro. Le Nord-Est est la région la plus pauvre et le Centre-Ouest, couvert par le Cerrado (la savane) et le Pantanal (plus grande zone humide du monde) est peu peuplé, malgré l’important pôle économique que constitue l’axe Goiânia-Brasilia.

 

La région Nord est la plus grande région du Brésil, elle occupe 45% du territoire national alors que sa population ne représente que 7% de la population du pays. En fait, la région est couverte en grande partie par la forêt amazonienne et totalement baignée par le bassin de l’Amazone. Cette région comprend les deux plus vastes États du pays, Amazonas et Para, ainsi que 5 autres États: Acre, Amapá, Rondônia, Roraima et Tocantins.

 

Le bassin hydrographique de l’Amazone, le plus grand du monde représente environ 20% du volume total des eaux douces de la planète, déversées dans les océans. L’Amazone prend naissance dans la Cordillère des Andes au Pérou et se jette dans l’Atlantique, près de Belém. A son endroit le plus large, le fleuve fait 11 kilomètres en saison sèche et 50 kilomètres pendant la saison des pluies. Autre fait étonnant, aucun pont ni barrage ne franchit le fleuve sur des milliers de kilomètres.

 

C’est dans l’État d’Amazonas, à la frontière avec le Venezuela, que se trouve le point culminant du Brésil, le Pico da Neblina à 2.995 mètres d’altitude. Et, pour atteindre Manaus (2 millions d’habitants), la capitale de l’État, il faut prendre le bateau ou l’avion. La ville n’est accessible par la route qu’à partir du Venezuela. La forêt amazonienne constitue une des dernières contrées sauvages de la planète et la majeure partie d’Amazonas est dépourvue de route.

 

La mythique “Route transamazonienne” relie l’océan atlantique à la partie sud de l'État d’Amazonas sur plus de 4.000 kilomètres. Certains parties sont asphaltées mais le plus souvent il s’agit d’une simple piste. De ce fait, elle est impraticable pendant la saison des pluies (novembre à avril) et le projet de continuer la route vers le Pérou a été interrompu à cause de l’éloignement et des difficultés d’avancement des travaux dans la forêt vierge.

 

A l’Est, proche de l’océan atlantique, Belém, la capitale de l’État de Para, borde un immense bras fluvial qui réunit l'Amazone, le Tocantins et le Para. L’embouchure de ces trois fleuves est tellement immense qu’elle comporte de nombreuses îles dont l’île de Marajó, dune superficie plus vaste que la Belgique.

 

Perdus à l’ouest du Brésil, et difficiles d’accès, les États de Rondônia et d’Acre sont situés au sud de l'État d’Amazonas. Rondônia partage sa frontière avec la Bolivie tandis que Acre est bordé à la fois par le Pérou et la Bolivie. Ce n’est qu’au début du 20e siècle que ce territoire d’Acre, précédemment bolivien a été rattaché au Brésil.

 

Dans une chronique du mois de novembre dernier (“Le pont entre la France et le Brésil, le pont de trop!”), j’ai dressé un portrait de l’État d’Amapá. Ce territoire borde l’océan atlantique, à la frontière avec la Guyane française. De ce fait, c’est avec le Brésil, et en particulier avec l’État d’Amapá, que la France partage sa plus longue frontière sur plus de 700 kilomètres.

 

L'État de Roraima, le plus au Nord du Brésil, se situe comme l’État d’Amapá, sur l’équateur et principalement dans l’hémisphère Nord. Roraima est coincé entre le Venezuela et le Guyana. Le nom de l’État est celui d’une montagne légendaire qui inspira de nombreux romans d’aventure, de films et de téléfilms. C’est dans ce cadre que se situe l’action du roman “Le Monde perdu” d’Arthur Conan Doyle. Le mont Roraima est une montagne tabulaire à savoir un plateau d’une dizaine de kilomètres de long qui culmine à 2.810 mètres, cerné par des falaises de 1.000 mètres de haut. Cette montagne n’a été découverte qu’à la fin du 19e siècle et sa faune, sa flore et sa géologie restent encore méconnues, malgré plusieurs expéditions. De magnifiques documentaires permettent de découvrir cet endroit, un des plus impressionnants d’Amérique du Sud.

 

Depuis quelques années, l’État de Roraima fait la une de l’actualité pour une autre raison. Ce territoire est la porte d’entrée au Brésil pour les vénézuéliens qui fuient la misère et le régime du président Maduro. En moins de trois ans, un million de vénézuéliens ont franchit la frontière pour échapper à la crise économique, sociale, sanitaire et politique qui frappe le Venezuela depuis l’accession au pouvoir du dictateur. Il s’agit d’un déplacement de population sans précédent en Amérique du Sud qui a entraîné des fermetures de frontières. En effet, les deux grands voisins du Venezuela, la Colombie et le Brésil n’ont ni les moyens, ni les structures pour faire face à de tels afflux massifs de population.

 

Enfin, Tocantins est l'État le plus méridional de la Région Nord. Cet État a été créé en 1988 par scission avec l'État de Goiás dont il faisait partie.

 

Jean-Pol Rihoux

 

Extrait de "52 chroniques pour découvrir le Brésil"