· 

Top 10 des électeurs de Bolsonaro

Le 28 octobre dernier, les brésiliens ont choisi leur nouveau président : Jair Bolsonaro a obtenu 55,13% des suffrages face à Fernando Haddad, 44,87%

 

En réalité, les jeux étaient faits depuis plusieurs mois. Comme candidat du PT (Parti des Travailleurs), un parti à bout de souffle à l’image de son leader Lula, un parti détesté par la majorité des brésiliens, Haddad n’avait aucune chance. Au fil des années, la population a pris la mesure des magouilles et de la vénalité de ses dirigeants (“Mensalao”, “Lava Jata”...), de son laxisme et de son incapacité à gouverner le pays. 

 

Une voie royale s’offrait donc à Bolsonaro, catalogué “extrême droite”, d’autant que la droite modérée, très impopulaire sous la présidence de Michel Temer et manquant de leaders, avait été mise hors jeux.

 

Il y a moins d’un an, Jair Bolsonaro était quasiment inconnu. Après une carrière de militaire où il atteignit le grade de capitaine, il a été élu député fédéral de l’Etat de Rio à partir de 1990. Par la suite, il a chaque fois été réélu en changeant souvent de partis, du centre ou de droite. Très discret malgré quelques dérapages verbaux déplorables, il n’a jamais joué un grand rôle dans la vie politique et n’a jamais été impliqué dans quelque scandale. C’est d'ailleurs ce qui lui a permis de se présenter comme un homme neuf, adoptant des positions de droite, très conservatrices. Des positions qui correspondent aux attentes d'une population fatiguée du laxisme et des magouilles de la gauche radicale, d'une population qui aspire à plus de sécurité, à moins de corruption, à plus de moralité de la classe politique.

 

Au premier tour de l'élection, le 7 octobre dernier, Bolsonaro avait recueilli 46% des votes et remporté la majorité absolue dans 13 Etats, dont ceux de São Paulo (53%) et de Rio de Janeiro (60%). De son côté, Haddad avait remporté la majorité dans 4 Etats du Nord-Est, dont celui de Bahia avec un score de 60%.

 

Au second tour, Bolsonaro l'a emporté dans 15 États et dans le District fédéral. Haddad dans 11, dont les 9 Etats de la région Nord-Est, la région la plus défavorisée sur le plan socio-économique et la plus violente du Brésil. Une région qui voue un indéfectible soutien au PT depuis que Lula a mis en place la “bolsa familia”, une aide de quelques dizaines d’euros destinée aux familles les plus pauvres.

 

Dès le lendemain de l’élection de Bolsonaro, la presse européenne se déchaînait : “la dictature militaire de retour au Brésil”, “la démocratie bafouée”, “l’électorat brésilien immature”. En mettant en avant ses boutades et ses fanfaronnades homophobes, misogynes ou racistes, Bolsonaro était jugé et définitivement catalogué parmi les pires dirigeants de la planète.

 

Et les médias, pour accentuer et légitimer leur parti pris en faveur du candidat de la gauche radicale, n’ont accordé la parole qu’aux opposants de Bolsonaro : des discours condescendants, de désespoir, voire de haine, en décalage complet avec l'opinion générale. Les brésiliens à l’étranger affluaient tous dans le même sens, “Honte aux brésiliens qui ont voté pour Bolsonaro”, sous-entendu les aigris, les personnes à la mémoire courte, qui n'ont pas fait d'études et qui ne connaissent pas l’histoire du Brésil.

 

Pourtant la réalité est bien différente. A l'étranger, un peu plus de 500.000 brésiliens étaient appelés à voter et 71,02% des électeurs ont choisi Bolsonaro! Un fait étrangement passé sous silence par les médias qui n'ont donné la parole qu'aux opposants, et tentés ainsi de faire croire que la toute grande majorité des brésiliens résidant à l'étranger avait voté pour Haddad.

 

Mais qui sont les électeurs de Bolsonaro? Alors que les partisans de Trump aux Etats-Unis ou des politiciens d'extrême droite en Europe sont des personnes pour la plupart, issues des classes défavorisées, peu éduquées et dont les revenus dépassent rarement ceux de la classe moyenne, la situation est diamétralement opposée au Brésil. Les électeurs de Bolsonaro, sont des gens qui majoritairement ont fait des études universitaires, qui appartiennent aux classes moyenne et supérieure et qui vivent dans les Etats les plus développés sur le plan socio-économique. Tout le contraire d’imbéciles aux idées courtes ou d'immatures, comme pourraient le faire croire les médias.

 

Quant aux sympathisants du PT, ce sont principalement des gens sans formation, disposant de faibles revenus et qui vivent dans des quartiers défavorisés et violents. Au plus le niveau d'études est élevé, au moins les gens votent pour Haddad. Ainsi les résultats démontrent que seule la population qui n'a pas dépassé le niveau primaire a voté majoritairement pour Haddad. Et dans 967 des 1.000 villes du pays qui possèdent l'indice de développement humain (IDH) le plus élevé, Bolsonaro l'a emporté.

 

Jair Bolsonaro entrera en fonction le 1er janvier 2019. Il a promis de “respecter la Constitution, la démocratie et la liberté” et a déjà posé un geste fort en désignant le juge Moro comme futur ministre de Justice. Moro est une des personnalités les plus appréciées au Brésil. C’est le petit juge anti-corruption qui a eu le courage de traduire en justice des politiciens de premier plan de tous les partis. Et pas seulement Lula, l’ancien président corrompu, qui sera prochainement jugé pour d'autres faits, en cours d'instruction.

 

Voici les 10 Etats où Bolsonaro a obtenu les meilleurs scores 

 

NB : Je profite de cet article pour remercier Hubert de Jamblinne, réalisateur et animateur de l'émission "Radio Brésil : comprendre l'énigme de l'élection" diffusée en direct le 13 novembre dernier sur la radio belge Radio Panik. Il m'a permis de m'exprimer, bien que mes positions soient à l'opposé de celles de l'ensemble des intervenants, artistes brésiliens de passage ou vivant en Belgique, tous farouches partisans du PT .

Cette émission, comme d'autres, sont produites par Djiboutik : dépaysement garanti, radio aventure et musique du monde.

Lien vers l'émission : http://www.djiboutik.be/?p=4937

10. Goiás (GO)

Bolsonaro : 65.52% des votes

1e tour : 57.24%

 

Nombre d'électeurs : 4.450.000

Région : Centre-Ouest

Capitale : Goiânia

 

L'Etat de Goiás, situé au cœur du Brésil, est très rural et peu peuplé, exception faite de l'agglomération de Goiânia qui compte plus de 2,5 millions d'habitants. A Goiânia, Bolsonaro a rassemblé 74.20% des suffrages.

Le District fédéral avec la capitale du pays Brasilia, est enclavé dans cet Etat.


9. Mato Grosso (MT)

Bolsonaro : 66.42% des votes

1e tour : 60.04%

 

Nombre d'électeurs : 2.330.000

Région : Centre-Ouest

Capitale : Cuiabá

 

L'Etat de Mato Grosso est un des plus vastes du Brésil, avec une densité de seulement 3 habitants au km2.

C'est ici que se trouve le Pantanal, la plus vaste zone humide de la planète, considérée comme l'écosystème le plus dense tant au point de vue végétal qu'animal. 


8. Rio de Janeiro (RJ)

Bolsonaro : 67.95% des votes

1e tour : 59.79%

 

Nombre d'électeurs : 12.410.000

Région : Sud-Est

Capitale : Rio de Janeiro

 

Bolsonaro pourra compter sur l'appui des gouverneurs des deux Etats les plus puissants du pays, São Paulo et Rio de Janeiro


7. São Paulo (SP)

Bolsonaro : 67.97% des votes

1e tour : 53.00%

 

Nombre d'électeurs : 33.040.000

Région : Sud-Est

Capitale : São Paulo

 

C'est l'Etat le plus peuplé, le plus riche, le meilleur du pays pour la qualité de la vie. Il abrite la plus grande ville de tout l'hémisphère sud, São Paulo et une des régions les plus riches d'Amérique Latine, "Interior Paulista", c'est-à-dire le territoire de l'Etat en dehors de sa capitale et de sa partie littorale.


6. Paraná (PR)

Bolsonaro : 68.43% des votes

1e tour : 56.89%

 

Nombre d'électeurs : 7.970.000

Région : Sud

Capitale : Curitiba

 

A remarquer le score très élevé de Bolsonaro (76.54%) à Curitiba, capitale de l'Etat et ville considérée comme la meilleure du Brésil pour la qualité de vie.


5. Distrito Federal (DF)

Bolsonaro : 69.99% des votes

1e tour : 58.37%

 

Nombre d'électeurs : 2.090.000

Région : Centre-Ouest

Capitale : Brasilia

 

Enclavé dans l'Etat de Goiás, Brasilia, ville nouvelle érigée dans les années 1960 pour développer le centre du pays, abrite le siège du gouvernement et les principales institutions politiques et publiques du Brésil, de même que les ambassades et les représentations d'instances internationales.


4. Roraima (RR)

Bolsonaro : 71.55% des votes

1e tour : 62.97%

 

Nombre d'électeurs : 330.000

Région : Nord

Capitale : Boa Vista

 

l’État de Roraima, le plus au nord du pays est la porte d’entrée au Brésil pour les vénézuéliens qui fuient la misère et le régime du président Maduro. En moins de trois ans, plus d’un million de vénézuéliens ont franchit la frontière pour échapper à la crise économique, sociale, sanitaire et politique qui frappe le Venezuela depuis l’accession au pouvoir du dictateur. Le soutien du PT a ce despote d’inspiration marxiste, a largement fait pencher la balance en faveur de Bolsonaro.


3. Rondônia (RO)

Bolsonaro : 72.18% des votes

1e tour : 62.24%

 

Nombre d'électeurs : 1.180.000

Région : Nord

Capitale : Porto Velho

 

Au milieu de la jungle amazonienne, à la frontière avec le Bolivie, l'Etat de Rondônia est délaissé par les autorités fédérales. la capitale Porto Velho est la pire ville du pays sur le plan sanitaire (cf. Top 10 des pires villes du Brésil sur le plan sanitaire).


2. Santa Catarina (SC)

Bolsonaro : 75.92% des votes

1e tour : 65.82%

 

Nombre d'électeurs : 5.070.000

Région : Sud

Capitale : Florianópolis

 

Santa Catarina est classé 2e meilleur Etat pour la qualité de la vie au Brésil en 2018 selon l'organisme officiel "Centro de Liderença Publica" (cf. Top 10 des Etats du Brésil pour la qualité de la vie).


1. Acre (AC)

Bolsonaro : 77.22% des votes

1e tour : 62.24%

 

Nombre d'électeurs : 550.000

Région : Nord

Capitale : Rio Branco

 

A l’ouest du Brésil, en pleine jungle amazonienne et très difficile d’accès, le petit Etat d'Acre est bordé par le Pérou et la Bolivie. Ce n’est qu’au début du 20e siècle que ce territoire, précédemment bolivien a été rattaché au Brésil.


Voyez également