· 

Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil

Ilha Grande - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Ilha Grande

Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'UNESCO au Brésil

Qu'est-ce que le Patrimoine Mondial de l'Unesco?

Le Patrimoine Mondial désigne un ensemble de biens culturels et naturels présentant un intérêt exceptionnel pour l’héritage de l’humanité. Ce patrimoine fait l’objet d’un traité international intitulé « Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel », adopté par l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture) en 1972 et actualisé chaque année depuis 1978. 

Sont considérés comme patrimoines culturels, des monuments, des ensembles de constructions et des sites. Des monuments naturels, des formations géologiques et physiographiques et des sites naturels font partie du patrimoine naturel. Certains sites, à la fois culturels et naturels, sont mixtes. 

Au total dans le monde en décembre 2020, 1.121 sites sont inscrits au Patrimoine Mondial, dont 869 culturels, 213 naturels et 39 mixtes. 

Passons en revue par ordre chronologique d'inscription, les sites du Brésil qui font partie de ce Patrimoine: 14 sont culturels, 7 naturels et 1, mixte. 


Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil

Ville historique d'Ouro Preto

Ouro Preto - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Ouro Preto

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1980

Fondée au début du XVIIIe siècle à 513 km au nord de Rio de Janeiro, la ville historique d'Ouro Preto  (Or noir) couvre les pentes abruptes de la Vila Rica (Riche Vallée), centre d’une riche région de mines d’or et capitale de la province du Minas Gerais  de 1720 à 1897. Le long de la route sinueuse originelle et avec un agencement  irrégulier qui épouse les contours du paysage, se trouvent des places, des bâtiments publics, des résidences, des fontaines, des ponts et des églises qui, ensemble, forment un groupe homogène exceptionnel présentant les belles formes curvilignes de l’architecture baroque. La ville historique d'Ouro Preto était en 1789 le centre symbolique du mouvement pour l’émancipation du Brésil, Inconfidencia Mineira, et accueillait des artistes exceptionnels à l’origine de bon nombre des œuvres les plus significatives de la période du baroque brésilien, en particulier l'église de São Francisco d'Assise par le fameux architecte et sculpteur Antonio Francisco Lisboa (Aleijadinho). L'isolement de la zone pendant la plus grande partie des XIXe et XXe siècles a entrainé une stagnation économique, qui a favorisé la préservation des constructions coloniales et du tissu urbain d'origine.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Centre historique d'Olinda

Olinda - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Olinda

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1982

L'ensemble exceptionnel de paysage, d'urbanisme et d'architecture que présente le centre historique de la ville d'Olinda est un reflet éloquent de la prospérité engendrée par l'économie sucrière. Fondée en 1535 sur les collines qui surplombent l'océan Atlantique de la côte nord du Brésil, près de l'isthme de Recife où son port est situé, Olinda a été, à partir des dernières années du XVIe siècle, l’un des centres les plus importants de l'industrie de la canne à sucre, pilier de l'économie brésilienne pendant près de deux siècles. Cette ancienne capitale de la région administrative portugaise (capitania) de Pernambuco devint le symbole du sucre et de la richesse qu'il procure. Son centre historique est aujourd'hui marqué par un certain nombre d’édifices à l'architecture exceptionnelle situés dans la végétation luxuriante de jardins, de haies et d’enceintes de couvents, une masse de verdure baignée de lumière tropicale surplombant la plage de sable et l'océan.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Ruines de São Miguel das Missões

Ruines de São Miguel das Missões - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Ruines de São Miguel das Missões

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1984

Les missions jésuites des Guaranis, un bien en série transnational, est constitué des ruines de São Miguel Arcanjo au Brésil et de celles de San Ignacio Mini, Santa Ana, Nuestra Señora de Loreto et Santa María la Mayor en Argentine. Ce sont d’impressionnants vestiges de missions jésuites établies aux XVIIe et XVIIIe siècles sur des terres occupées à l’origine par des communautés autochtones guaranis. Au Brésil, les ruines de l’église São Miguel Arcanjo sont l’ensemble architectural le plus complet et le moins détérioré parmi les biens du patrimoine classés datant de cette époque. En Argentine, les quatre missions jésuites guaranis, situées au sud de la province de Misiones, constituent un exemple exceptionnel d’occupation territoriale systématique et organisée.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Centre historique de Salvador de Bahia

Salvador - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Salvador

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1985

Fondée en 1549 sur une petite péninsule qui sépare la Baie de Todos los Santos de l'océan Atlantique,  sur la côte nord-est du Brésil, Salvador de Bahia fut la première capitale de l'Amérique portugaise et le resta jusqu'en 1763. Sa fondation et son rôle historique en tant que capitale coloniale l’associent au thème de la découverte de l’univers.  Le centre historique de Salvador de Bahia - exemple éminent de structure urbaine de la Renaissance adaptée à un site colonial - est la Cidade Alta (Ville haute), un quartier défensif, administratif et résidentiel perché au sommet d'un escarpement de 85 m de haut.  Cette ville coloniale par excellence du Nord-Est brésilien, avec sa densité de constructions, se distingue par son architecture coloniale religieuse, civile et militaire datant du XVIIe au XIXe siècle. Salvador de Bahia est également remarquable en tant que l'un des principaux points de convergence des cultures européennes, africaines et amérindiennes du XVIe au XVIIIe siècle.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Sanctuaire du Bon Jésus à Congonhas

Sanctuaire du Bon Jésus à Congonhas - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Sanctuaire du Bon Jésus à Congonhas

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1985

Perché  sur une plate-forme accessible par un escalier en terrasse légèrement courbé, dont les parapets sont décorés de statues des douze prophètes en stéatite (pedra Sabao), le sanctuaire du Bon Jésus de Congonhas est précédé d’un parvis qui mène aux six chapelles abritant  des stations du chemin de croix (les Passos). Datant de la seconde moitié du XVIIIe siècle, l'église, avec son magnifique intérieur italien rococo, est un chef-d'œuvre du baroque qui  reflète dans son architecture et son ornementation la période de transition dans laquelle il a été construit. Les statues en stéatite, ainsi que les sculptures en bois polychromes représentant des scènes de la Passion du Christ abritées dans les chapelles, constituent le couronnement du génie créateur de Francisco Antonio Lisboa, Aleijadinho, qui a légué à l'humanité un ensemble d’œuvres particulièrement  impressionnant.  

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Parc National d'Iguaçu

Parc National d'Iguaçu - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Parc National d'Iguaçu

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1985

Le parc national d’Iguaçu est un bien du patrimoine mondial de 169.696 ha situé dans l’État du Paraná, au sud du Brésil, contigu au parc national de l’Iguazú, également site du patrimoine mondial et situé en Argentine. Les deux biens ainsi que certaines aires protégées constituent des vestiges contigus importants de la forêt intérieure atlantique, qui fut une zone forestière bien plus étendue située au confluent de l’Iguaçu et du Paraná, là où se rencontrent le Paraguay, l’Argentine et le Brésil. L’impressionnant ensemble de chutes d’eau de l’Iguaçu (ou Iguazú) constitue le point d’intérêt principal du parc, qui est aussi une destination touristique nationale et internationale importante. Renommé pour sa beauté visuelle et acoustique, il s’étend sur presque 3 km et comporte des chutes de 80 m. La rivière, dont le nom indigène signifie « grande eau », forme un demi-cercle au cœur des deux parcs et constitue la frontière entre l’Argentine et le Brésil avant de se jeter dans le grand fleuve Paraná, à 25 km en aval du parc. 

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Brasilia

Brasilia - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Brasilia

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1987

Brasília, capitale créée ex nihilo au centre du pays en 1956-1960, a été un événement majeur dans l’histoire de l’urbanisme. L’urbaniste Lucio Costa et l’architecte Oscar Niemeyer ont voulu que tout, depuis le plan général des quartiers administratifs et résidentiels – souvent comparé à la forme d’un oiseau – jusqu’à la symétrie des bâtiments eux-mêmes, reflète la conception harmonieuse de la ville dont les bâtiments officiels frappent par leur aspect novateur.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Parc national de Serra da Capivara

Parc national de Serra da Capivara - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Parc national de Serra da Capivara

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1991

Beaucoup des nombreux abris creusés dans le roc du parc national de Serra da Capivara sont ornés de peintures rupestres dont certaines remontent à plus de 25 000 ans. Elles fournissent un témoignage exceptionnel sur l’une des plus anciennes communautés humaines d’Amérique du Sud.

Créé en 1979, le Parc national Serra da Capivara couvrait une partie des municipalités de São Raimundo Nonato, São João do Piauí, et Canto do Buriti dans la partie sud-est de l’État de Piauí, région du Nord-Est. En 1994 et 1995 respectivement, les municipalités de Brejo do Piauí et de João Costa ont été séparées de São João do Piauí. La municipalité de Coronel José Dias a été séparée de São Raimundo Nonato en 1992. Ces trois municipalités, ainsi que São Raimundo Nonato, sont partiellement situées dans la zone couverte par le Parc national Serra da Capivara.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Centre historique de São Luís

São Luís - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
São Luís

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1997

Situé au bout de l’éminence formée par le confluent des fleuves Bacanga et Anil, au nord-ouest de l'île de São Luís, le centre historique de São Luís do Maranhão est caractérisé par son quadrillage urbain rectangulaire de rues bordées de bâtiments résidentiels de différentes hauteurs, la plupart avec des toits de tuiles, des corniches ornementales, des baies décorées hautes et étroites et des balcons avec des balustrades en fer forgé ou en fonte. Ils datent du plan de 1615 élaboré par l'ingénieur en chef portugais de l’Etat du Brésil, après la conquête du fort qui avait été construit sur le site par les Français en 1612. Harmonieusement étendu aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles, le centre historique est un remarquable exemple de ville coloniale portugaise adaptée aux conditions climatiques de l'Amérique équatoriale, avec son architecture portugaise traditionnelle adaptée pour inclure des trumeaux surélevés et des  vérandas munies de volets intérieurs en bois.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Centre historique de la ville de Diamantina

Diamantina - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Diamantina

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1999

Au cœur des montagnes arides et rocheuses dans le nord-est du Minas Gerais, le centre historique de Diamantina s’étend jusqu’à 150 mètres de hauteur  sur les pentes d'une vallée escarpée, avec des rues sinueuses et irrégulières qui épousent  la topographie naturelle. L'architecture baroque diffère de celle des autres villes brésiliennes du fait de l’utilisation du bois, et se distingue par sa géométrie et les éléments indiquant le transfert à une échelle modeste de caractéristiques architecturales portugaises. Les églises présentent des couleurs et des textures similaires à celles des bâtiments civils, et la plupart ont un seul clocher. Les maisons à l’alignement régulier des XVIIIe et XIXe siècles,  à un ou deux étages, sont peintes de couleurs vives sur un fond blanc, et  contrastent avec le dallage gris des rues.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Côte de la découverte

Côte de la découverte - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Côte de la découverte

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1999

Les réserves de la forêt atlantique de la Côte de la découverte, situées entre le littoral sud de l'Etat de Bahia et le littoral nord de l'Etat d’Espirito Santo, comprennent huit aires protégées séparées qui contiennent des vestiges représentatifs de la forêt atlantique (la forêt humide ombrophile dense) et d’un type de végétation arbustive côtière associé (« restingas ») à la forêt atlantique. Trois parcs nationaux (Descobrimento, Monte Pascoal et Pau Brasil), deux réserves biologiques fédérales (Sooretama et Una), ainsi que trois réserves particulières (Veracruz, Pau Brasil et Linhares) s’étendent sur une superficie totale de presque 112.000 hectares. Ce bien contient une grande richesse biologique et illustre l’évolution des rares régions restantes de forêt atlantique dans le nord-est du Brésil.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Forêt Atlantique

Forêt Atlantique - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Forêt Atlantique

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 1999

Les réserves de la forêt atlantique du sud-est sont situées dans les états brésiliens de Paraná et de São Paulo et s’étendent sur près de 470,000 hectares, représentant l'un des domaines de la forêt atlantique brésilienne les plus grands et les mieux conservés, ainsi qu’un des biomes les plus menacés du monde. Les aires protégées qui constituent le site contiennent une grande richesse biologique et représentent une bonne illustration de l'évolution des rares vestiges de forêt atlantique du sud-est du Brésil. La région, qui possède un grand nombre d'espèces rares et endémiques, est exceptionnellement variée. Avec son gradient altitudinal qui va des montagnes à la mer, son estuaire, ses rivières sauvages, ses îles côtières, ses nombreuses cascades et ses phénomènes karstiques, le site présente également un intérêt esthétique exceptionnel.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Pantanal

Pantanal - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Pantanal

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2000

L'aire de conservation du Pantanal comporte quatre aires protégées d'une superficie totale de 187 818 ha. Située au centre-ouest du Brésil, à l'extrémité sud-ouest de l'Etat du Mato Grosso, elle embrasse les sources des fleuves Cuiabá et Paraguay. Le site représente 1,3 % du Pantanal brésilien, secteur principal de l'un des écosystèmes de zones humides d'eau douce les plus vastes du monde. L'abondance et la diversité de sa végétation et de sa faune en sont la caractéristique la plus spectaculaire.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Centre historique de la ville de Goiás Velho

Goiás Velho - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Goiás Velho

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2001

Goiás constitue un témoignage de l’occupation et de la colonisation de l’intérieur du Brésil aux XVIIIe et XIXe siècles. Sa conception urbaine est caractéristique des villes minières à développement organique, adaptées aux réalités de l’environnement. Bien que modeste, l’architecture des bâtiments publics et privés n’en présente pas moins une grande harmonie, fruit, entre autres, d’un emploi cohérent des matériaux et des techniques vernaculaires. Le centre historique de la ville de Goiás est construit entre deux séries de collines  le long d'une petite rivière, le Rio Vermelho. Les quartiers de la rive droite sont enserrés contre les collines du nord-ouest, et ont un caractère populaire, souligné par la présence de l'église de Rosario, qui était traditionnellement réservée aux esclaves. Les quartiers de la rive gauche, limités par les collines du sud-est, comprennent les groupes d’édifices les plus représentatifs.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Cerrado: Parcs nationaux Chapada dos Veadeiros et Emas

Chapada dos Veadeiros - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Chapada dos Veadeiros

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2001

Le site des Aires protégées du Cerrado englobe les Parcs nationaux Chapada dos Veadeiros et Emas, situés sur le plateau central brésilien dans l'État de Goiás. Ces deux parcs contribuent à protéger le biome du Cerrado, l’un des écosystèmes les plus anciens et les plus diversifiés du monde. Pendant des millénaires, ces sites ont servi de refuges à un grand nombre d'espèces rares et endémiques de faune et de flore, y compris pendant les périodes de fluctuations climatiques. Ces deux sites demeurent indispensables à la conservation de la biodiversité du Cerrado, spécialement dans le scénario d’éventuelles futures modifications climatiques.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Fernando de Noronha

Fernando de Noronha - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Fernando de Noronha

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2001

D’une beauté indescriptible, le parc marin national Fernando de Noronha, situé à une distance d’environ 340 km au large de la côte brésilienne, est formé par des pics volcaniques d'une chaîne de montagnes submergée. Près de 70% de l’île principale de Fernando de Noronha, 21 îles et îlots de taille inférieure de l'archipel ainsi que la plupart des eaux adjacentes jusqu’à une profondeur de 50 mètres font partie du bien. La Réserve biologique de l’atol das Rocas, seul atoll de l'Atlantique sud, se trouve à environ 150 km à l’ouest de Fernando de Noronha. Il s’agit d’un récif elliptique comprenant deux petites îles entourées par une réserve marine

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Amazonie centrale

Amazonie centrale - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Amazonie centrale

Patrimoine Mondial naturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2003

Ce site de plus de 6 millions d’hectares forme la plus grande zone protégée du bassin amazonien et l’une des régions les plus riches de la planète sur le plan de la biodiversité. On y trouve notamment un exemple significatif d’écosystèmes de varzea, des forêts d’igapó, des lacs et des cours d’eau qui forment une mosaïque aquatique où évolue la plus grande diversité de poissons électriques du monde. Le site abrite des espèces menacées d’une importance cruciale, notamment l’arapaima géant, le lamantin de l’Amazone, le caïman noir et deux espèces de dauphins d’eau douce.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Place São Francisco - Ville de São Cristóvão

Place São Francisco à São Cristóvão - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Place São Francisco à São Cristóvão

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2010

La place São Francisco, dans la ville de São Cristovão, forme un quadrilatère à ciel ouvert, entouré d'édifices imposants anciens tels que l'église de São Francisco et son couvent, l'Eglise de Santa Casa da Misericórdia, le palais provincial et les demeures associées de différentes époques autour de la place. Cet ensemble monumental, avec les maisons du 18e siècle et du 19e siècle avoisinantes, crée un paysage urbain qui reflète l'histoire de la ville depuis son origine. L'ensemble franciscain est un exemple de l'architecture typique de cet ordre religieux qui s'est développée dans le nord-est du Brésil.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Rio de Janeiro, paysages cariocas entre la montagne et la mer

Rio de Janeiro - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Rio de Janeiro

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2012

Le bien consiste en un paysage urbain exceptionnel comprenant les éléments naturels qui ont régi et inspiré le développement de la ville, partant des sommets montagneux du parc national de Tijuca pour descendre vers la mer. En font partie également les jardins botaniques, créés en 1808, le mont Corcovado avec sa statue du Christ et la chaîne de collines autour de la baie de Guanabara ou encore les vastes paysages le long de la baie de Copacabana, qui ont contribué à la culture de la vie en plein air de cette ville spectaculaire. Rio de Janeiro est aussi reconnue comme une source d’inspiration pour les musiciens, les paysagistes et les urbanistes.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Ensemble moderne de Pampulha à Belo Horizonte

Ensemble moderne de Pampulha à Belo Horizonte - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Ensemble moderne de Pampulha à Belo Horizonte

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2016

L’Ensemble moderne de Pampulha a été le centre d’un projet visionnaire de cité-jardin créé en 1940 à Belo Horizonte, capitale de l’état du Minas Gerais. Conçu autour d’un lac artificiel, ce centre culturel et de loisirs se composait d’un casino, d’une salle de bal, d’un Golf & Yacht Club et de l’église São Francisco de Assis. Les bâtiments ont été conçus par l’architecte Oscar Niemeyer, en collaboration avec des artistes novateurs. L’Ensemble présente des formes audacieuses qui exploitent les propriétés plastiques du béton et tout en fusionnant l’architecture, le paysagisme, la sculpture et la peinture – pour créer un tout harmonieux. Il témoigne de l’influence des traditions locales, du climat et de l’environnement naturel brésiliens sur les principes de l’architecture moderne. 

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Site archéologique du quai de Valongo

Site archéologique du quai de Valongo à Rio de Janeiro - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Site archéologique du quai de Valongo à Rio de Janeiro

Patrimoine Mondial culturel de l'UNESCO

Site inscrit en 2017

Le Site archéologique du quai de Valongo est situé au centre de Rio de Janeiro. Il englobe l’intégralité de la place du Jornal do Comércio. Il s’agit de l’ancienne zone portuaire de Rio de Janeiro, où fut construit l’ancien quai en pierre, conçu pour le débarquement des esclaves africains atteignant le continent sud-américain à partir de 1811. On estime à 900 000 le nombre d’Africains arrivés en Amérique du Sud par Valongo. Le site est composé de plusieurs couches archéologiques, dont la plus profonde est constituée d’un sol pavé de style pé de moleque, attribué au quai de Valongo d’origine. Il s’agit de la trace matérielle la plus importante associée à l’arrivée d’esclaves africains sur le continent américain.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial


Paraty et Ilha Grande

Paraty - Les 22 sites du Patrimoine Mondial de l'Unesco au Brésil
Paraty

Patrimoine Mondial mixte de l'UNESCO

Site inscrit en 2019

Le bien Paraty et Ilha Grande - culture et biodiversité est un bien en série comprenant six éléments constitutifs, dont quatre aires protégées : le Parc national de la Serra da Bocaina, l’Aire protégée environnementale de Cairuçu, le Parc d’État d’Ilha Grande et la Réserve biologique de Praia do Sul, ainsi que le centre historique de Paraty et le Morro da Vila Velha. Le bien mixte en série, d’une superficie de 150 392 ha, est entouré par une seule zone tampon, comprenant de nombreuses petites îles, des plages et des anses. Le bien est situé dans les États de Rio de Janeiro et de São Paulo et est niché dans la majestueuse Serra do Mar, appelée localement Serra da Bocaina, dont le relief accidenté, culminant à plus de 2000 m d’altitude, délimite le paysage de la région.

Extrait de la liste du Patrimoine mondial