· 

Quilombo Kalunga, Territoire et Communauté locale au Brésil

Quilombo Kalunga, premier Territoire de préservation d'une Communauté locale au Brésil

Quilombo Kalunga, Territoire et Communauté locale au Brésil

L'esclavage au Brésil et les quilombos

Les premiers esclaves en provenance d'Afrique sont arrivés au Brésil dans les années 1550 et ce n'est qu'en 1880 que l'esclavage a été aboli, soit  23 ans après les États-Unis, 35 ans après l’Argentine. Le Brésil est le pays qui a importé le plus grand nombre d'esclaves africains (5,5 millions entre 1550 et 1850), bien plus que les Etats sudistes des Etats-Unis d'Amérique. 

Les esclaves qui parvenaient à s'échapper des mines de métaux précieux et des plantations trouvaient refuge dans des endroits isolés et peu accessibles. Ces territoires se sont appelés "quilombos" c'est-à-dire "lieux de pause" selon les langues bantoues des peuples qui étaient emmenés de force au Brésil. Des communautés quilombas se sont ainsi formées. Au départ très précaires, elle se sont développées et implantées durablement. Aux premiers esclaves et à leurs descendants se sont joints des peuples autochtones. Aujourd'hui, ces communautés s’identifient plus volontiers par un certain mode de vie traditionnel et par des liens culturels, religieux et familiaux établis au cours de l’histoire et en fonction du territoire qu’elles occupent. 

La constitution brésilienne de 1988 a accordé aux communautés quilombas (180 territoires sont actuellement reconnus sur près de 2.000 dans le pays) le droit à la propriété de leurs territoires. Notons que ces droits s'appliquent à d'autres communautés qui se réclament du statut de "peuple traditionnel" comme les indigènes par exemple.

Quilombo Kalunga, officiellement premier "Territoire de préservation d'une Communauté locale" au Brésil

Partout dans le monde, Il existe des communautés qui ont un lien très fort avec les territoires qu'elles occupent, des lieux où les populations favorisent le bien-être social, assurent la conservation environnementale et socioculturelle. De cette constatation est née l'idée de "territoire et zone conservés par les peuples autochtones et les communautés locales". Ce concept qui reconnaît les droits des communautés traditionnelles et de leurs territoires a été promu dans le monde entier, en particulier par le Consortium ICCA, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d'autres institutions internationales.

Ce 3 février 2021, le territoire Quilombo Kalunga, situé dans le nord de l'Etat de Goiás dans le centre du Brésil, a été officiellement reconnu par l'ONU comme le premier "Territoire et Zone conservés par les Peuples autochtones et les Communautés locales" (ICCA ou TICCA en portugais) au Brésil. Cette reconnaissance est accordée à des territoires traditionnellement occupés par des peuples autochtones qui développent des pratiques durables dans l'utilisation des ressources naturelles et assurent le bien-être de leur population, dans le respect des traditions.

Quilombo Kalunga, dans le nord-est de l'Etat de Goiás

Territoire du Quilombo Kalunga dans le nord-est de l'Etat de Goiás - Quilombo Kalunga, premier Territoire de préservation d'une Communauté locale au Brésil
Territoire du Quilombo Kalunga dans le nord-est de l'Etat de Goiás

Le Quilombo Kalunga a été créé vers 1720 au centre du Brésil, dans le nord-est de l’État de Goiás, par d’anciens esclaves qui avaient fui les zones d'extraction de métaux précieux de la région des hauts plateaux. Il s’agissait donc d’un territoire informel à ses origines (les municipalités actuelles de Cavalcante, Teresina de Goiás et Monte Alegre de Goiás) occupé par d'anciens esclaves auxquels s'étaient joints des peuples autochtones de la région et d’autres paysans.

Le Quilombo Kalunga (kalunga signifie, en langue bantoue "lieu sacré et protecteur") est aujourd’hui une entité administrative officielle gérée par l’Association Quilombo Kalunga. Il s’étend sur un territoire de 263.000 hectares où vivent environ 10.000 personnes principalement d’origine africaine, regroupées en familles et réparties dans une cinquantaine de petites communautés. Le Quilombo Kalunga, le plus grand quilombo du Brésil, a été déclaré Patrimoine culturel et Site historique de l’État de Goiás en 1991. 

Tradition et écotourisme

Guides touristiques de l'Association des Guides Quilombo Kalunga - Quilombo Kalunga, premier Territoire de préservation d'une Communauté locale au Brésil
Guides touristiques de l'Association des Guides Quilombo Kalunga
Communauté Quilombo Kalunga - Quilombo Kalunga, premier Territoire de préservation d'une Communauté locale au Brésil
Communauté Quilombo Kalunga
Communauté Quilombo Kalunga - Quilombo Kalunga, premier Territoire de préservation d'une Communauté locale au Brésil
Communauté Quilombo Kalunga

Le Quilombo Kalunga est situé dans la Chapada dos Veadeiros, un des hauts-lieux de l'écotourisme au BrésilA l'écart des circuits touristiques traditionnels, ce Parc national permet de découvrir l'incroyable biodiversité du Cerrado, la savane qui recouvre le plateau central du Brésil, chutes d'eau, canyons, falaises, cavernes, forêts profondes… Le nombre de visiteurs par jour est limité et la présence d'un guide local est obligatoire pour la plupart des circuits pédestres. 

Pour se plonger au cœur de la communauté Kalunga, des fêtes populaires et de l'ambiance locale, une petite structure d'hébergement Espaco Santa Barbara propose des séjours en camping ou en chambres d'hôtes, de la cuisine locale et des randonnées organisées par des guides touristiques membres de l'Association des guides Quilombo Kalunga.