· 

Il n'y a que 0,5% d'étrangers au Brésil

Carte d'identité d'étranger au Brésil - Il n'y a que 0,5% d'étrangers au Brésil
Carte d'identité d'étranger au Brésil

Il n'y a que 0,5% d'étrangers au Brésil

Trois millions de brésiliens vivent à l'étranger

Pour se faire une idée du solde migratoire et avant d'aborder le sujet des étrangers vivant au Brésil, voyons où sont installés les brésiliens à l'étranger. Selon des estimations de 2016 du Ministère des Relation Extérieures du Brésil, +/- 3 millions de brésiliens vivent à l'étranger: 50% en Amérique du Nord et 25% en Europe. Voici les 5 pays où résident le plus de brésiliens. 

  • 1.400.00 aux USA. Les brésiliens vivent principalement à New York (un quartier de Manhattan porte le nom de "Little Brazil"), dans le Massachusetts, le New Jersey, le Connecticut, la Géorgie, en Floride et en Californie. La plupart de ces brésiliens sont originaires des régions les plus favorisées du Brésil (Sud, Sud-Est et une partie du Centre-Ouest) et de descendance européenne.
  • 330.000 au Paraguay. La plupart vivent dans le sud-est du pays, à proximité du Brésil. Les "brasiguaios" (contraction Brasil Paraguay) sont principalement actifs dans l'agriculture et bien souvent de descendance italienne , allemande ou slave.
  • 170.000 au Japon. Les brésiliens vivant au Japon sont des descendants d'immigrés japonais arrivés au Brésil, à partir du début du 20e siècle.
  • 120.000 au Portugal. Un tiers des étrangers vivant au Portugal sont brésiliens. C'est l'option la plus simple et la plus naturelle pour s'installer en Europe: langue commune et facilités administratives avec l'ancien pays colonisateur.
  • 120.000 au Royaume Uni. La plupart des brésiliens vivent à Londres et dans les environs, ils forment la plus grande communauté latino-américaine du pays.

Un million d'étrangers vivent au Brésil

Divers articles de presse brésiliens font état de 713.000 étrangers au Brésil en 2015 et de 750.000 en 2017, en se référant au Ministère de la Justice. D'après des données de l'ONU, le Brésil comptait 809.000 étrangers en 2018. Et actuellement, le nombre de 1 million d'étrangers est régulièrement avancé dans les médias. Ces dernières années, le flux a fortement augmenté avec l'arrivée de haïtiens, de vénézuéliens et de boliviens, à la recherche de meilleures conditions de vie. 

1 million d'étrangers sur 212 millions d'habitants, c'est très peu. Cela représente moins de 0,5% de la population. A titre de comparaison, le Luxembourg compte 47% d'étranger, la Suisse 30%, le Canada 21%, la Belgique 17%, l'Allemagne 16%, les USA 15%, la France 13% et le Japon 2%. En Amérique du Sud, en Argentine et au Chili, 5% de la population est étrangère, soit dix fois plus qu'au Brésil.

Des données très précises sur la population étrangère au Brésil

Il est possible d'accéder aux micro-données du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique relatives à la population étrangère au Brésil, en examinant des rapports annuels et en se connectant à des applications. 

Le Registre National des Etrangers (jusqu'en 2017) et le Registre National Migratoire (depuis 2018)

Une application interactive développée par l'Université d'Etat de Campinas (UNICAMP), le Centre de Recherche de la Population Elza Berquó (NEPO) et l'Observatoire des Migrations à São Paulo, avec l'appui Ministère du Travail, donne accès aux informations du Système National d'Enregistrement des Etrangers (SINCRE jusqu'en 2017) et du Système National d'Enregistrement des Migrations (SISMIGRA, mis en place depuis 2018). 

Ces registres ne tiennent pas compte des demandeurs d'asile (les réfugiés - voir ci-dessous) ni bien entendu des sans-papiers.

Fin mars 2020, 1.504.736 étrangers étaient inscrits dans les Registres du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique.

 

Statuts

  • 894.357 étrangers sont inscrits sous le statut de résidents temporaires, dont un tiers d'étudiants
  • 489.091 bénéficient du statut de résident permanent
  • 121.288 d'autres statuts

Lieux de résidence

  • 367.043 étrangers vivent à São Paulo, la plus grande ville d'Amérique du Sud
  • 143.832 à Rio de Janeiro, le deuxième plus grande ville du Brésil
  • 79.103 à Boa Vista. La capitale de l'Etat de Roraima est la porte d'entrée au Brésil des vénézuéliens qui fuient le régime de Maduro

Nationalité

3 pays se détachent nettement:

  • 162.503 vénézuéliens. Ils disposent presque tous (96%) d'un visa de résident permanent
  • 135.828 haïtiens. La majorité d'entre eux dispose d'un visa permanent
  • 134.511 boliviens: à peu près 50% de résidents permanents et 50% de temporaires. Les boliviens bénéficient de facilités pour entrer au Brésil sur base d'accords entre les pays du Mercosul (le Marche Commun Sud-Américain)

Les principaux ressortissants francophones au Brésil (autres que haïtiens):

  • 42.700 français dont 32% de résidents permanents et 36% d'étudiants
  • 8.912 sénégalais. Moins de 20% disposent d'un visa de résident permanent
  • 8. 839 canadiens. 21% résident de façon permanente au Brésil et 25% sont étudiants
  • 6.288 suisses dont 59% de résidents permanents et 18% d'étudiants
  • 5.490 belges. 34% disposent d'un visa de résident permanent et 27% sont étudiants

Les refugiés au Brésil

Les demandes de statut de réfugié

L'Observatoire des Migrations Internationales (OBmigra) qui dépend du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique explique dans son rapport 2020 sur les réfugiés au Brésil, que 239.706 demandes de statut de réfugié ont été introduites entre 2011 et 2019. Les ressortissants du Venezuela sont les premiers demandeurs, devant les haïtiens:  

  • 135.665 vénézuéliens ont introduit une demande de statut de réfugié au Brésil
  • 32.273 haïtiens
  • 10.203 cubains
  • 8.760 sénégalais

Ces 2 dernières années (les données de l'année 2020 ne sont pas encore disponibles), les demandes ont monté en flèche:

  • 82.552 demandes de statut de réfugié au Brésil en 2019
  • 79.831 en 2018
  • 1.345 en 2012
  • 1.465 en 2011

Les octrois de statut de réfugié

Le Comité National pour les Réfugiés (CONARE), qui dépend également du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique, est habilité à prendre les décisions d'accorder ou non le statut de réfugié. Une application conçue par le CONARE et l'ACNUR (Agence de l'ONU pour les Réfugiés) détaille de façon très précise les décisions prises entre janvier 2017 à décembre 2020.

  • 69.098 décisions ont été prises
  • 71,6% des demandes ont été acceptées: le statut de réfugié a été accordé à 49.493 personnes dont 46.647 vénézuéliens
  • 11.1% demandes ont été différées
  • 78,8% des dossiers traités concernent des demandes de vénézuéliens, 4,8% de sénégalais et 4,1% de haïtiens