· 

Les 10 brésiliens les plus illustres

Oscar Niemeyer - Les 10 brésiliens les plus illustres
Oscar Niemeyer

Les 10 brésiliens les plus illustres

Célèbre ou illustre?

En faisant quelques recherches sur internet au sujet des brésiliens les plus célèbres, j'apprends qu'en 2014, le "Media Lab" du très séreux Massachusetts Institute of Technology (MIT) avait un projet dénommé "Pantheon". Ce projet avait pour objectif de rassembler et de classer les principales célébrités de l'histoire de plusieurs pays (dont le Brésil) sur base d'un indice de popularité historique, calculé à partir de Wikipédia. Sur les 136 brésiliens les plus célèbres de l'histoire, 77 étaient des footballeurs... Le projet semble avoir été abandonné. 

La célébrité venant de l'assentiment des autres, elle s'apprécie principalement aujourd'hui selon la présence sur les réseaux sociaux et dans les médias. On est célèbre parce que tout le monde parle de vous. En terme de célébrité, le grand écrivain Machado de Assis est devenu un anonyme face à Neymar et ses 300 millions d'abonnés sur Facebook, Twitter ou Instagram.

Alors plutôt que présenter les brésiliens les plus célèbres, je vais mettre en avant les brésiliens les plus illustres, ceux dont l'éclat émane de leur propre personne, ceux qui ont acquis la gloire et la renommée par leurs propres actions.

Malgré leurs grands talents;, vous ne trouverez donc pas trace de Neymar ou de Gisèle Bündchen parmi les 10 brésiliens les plus illustres. J'en ai choisi 10, mais d'autres grandes personnalités auraient pu figurer dans cette liste comme par exemple l'ancien président Kubitschek, le compositeur de bossa-nova Antônio Carlos "Tom" Jobim, les écrivains João Guimarães Rosa ou Jorge Amado... Voici les 10 brésiliens les plus illustres de l'histoire, selon mon appréciation bien entendu, listés du plus ancien au plus jeune.

1. Pierre II (1825-1891)

L'Empereur Pierre II - Les 10 brésiliens les plus illustres
L'Empereur Pierre II

Couronné Empereur à l'âge de 15 ans

Pierre II a vu le jour à Rio de Janeiro en 1825. Sa mère, Marie-Léopoldine d'Autriche, meurt un an après sa naissance et lorsqu'il a 5 ans, son père, l'Empereur Pierre Ier abdique en sa faveur et embarque précipitamment pour le Portugal afin de régler les problèmes de succession du trône. 

La régence mise en place après le départ de Pierre Ier va se révéler incapable de résoudre les conflits entre les politiciens et à l'âge de 15 ans, Pierre II est couronné empereur et accepté comme une personnalité neutre, figure de l'autorité.

L'âge d'or du Brésil

Second et dernier empereur du Brésil, Pierre II est considéré comme le plus grand personnage de l'histoire du Brésil. Sous son règne de plus de 50 ans, le Brésil est devenu une puissance émergeante reconnue pour la stabilité de son régime politique, la liberté d'expression et le respect des droits civiques. 

A l'époque, l'expansion économique du pays est comparable à celle des États-Unis et des pays européens. Des lignes de chemin de fer, des voies navigables et des projets de modernisation sont lancés. Et la culture intensive du café est source de rentrées financières très importantes. Le Brésil est le cinquième pays au monde à installer des égouts, le troisième à avoir un traitement des eaux usées et l'un des pionniers dans l'installation du téléphone. Le Brésil est également la première nation sud-américaine à adopter l'éclairage public électrique et à établir une ligne télégraphique transatlantique pour se relier directement à l'Europe. 

Abolition de l'esclavage

Pierre II a lutté contre l'esclavagisme et en 1871, l'Empire proclame que les enfants d'esclaves sont désormais libres à la naissance. L'esclavage brésilien est donc condamné à disparaître. C’est vers ces années que débute l’immigration massive d’européens non portugais, principalement les italiens, les grands propriétaire terriens cherchant à remplacer les esclaves noirs par des esclaves blancs. Une loi de 1888 aboli l'esclavage et entraîne le courroux des grands propriétaires qui vont alors mettre tout en œuvre pour renverser l'Empire. En 1989, Pierre II est déposé et une république conservatrice remplace un empire progressiste.

Féru d'arts et de sciences, il s'exile à Paris, où il meurt à l'âge de 66 ans. 

Pour en savoir plus: L'histoire du Brésil de 1822 à 1889

2. Joaquim Maria Machado de Assis (1839 - 1908)

Joaquim Maria Machado de Assis - Les 10 brésiliens les plus illustres
Joaquim Maria Machado de Assis

La plus grande figure de la littérature brésilienne

Joaquim Maria Machado de Assis est né dans la banlieue de Rio de Janeiro en 1839, ses parents travaillaient comme domestiques pour des aristocrates. Sa scolarité se limita à l’école primaire publique et à quelques leçons de français dispensées par un prêtre. Autodidacte, il apprit le français, l’anglais, l’allemand et le grec ancien, et acquit une culture littéraire considérable. Il s’efforça également de s’élever sur l’échelle sociale. Entré dans la fonction publique, il gravit régulièrement les échelons jusqu’à être nommé directeur général vers la fin de sa carrière.

En parallèle avec sa carrière de fonctionnaire, il mena une intense carrière littéraire. Dès ses premières chroniques publiées dans des journaux, il acquit une grande notoriété. Son œuvre est considérable: pièces de théâtre, romans, poésies, nouvelles.. Et fait rare à l'époque, il a jouit d'un grand prestige de son vivant. Il fut l'un des fondateurs en 1897 de l’Académie brésilienne des Lettres, dont il sera élu à l’unanimité premier président. Aujourd'hui il est considéré comme l'un des plus grands génies de la littérature universelle  Parmi ses romans les plus connus, citons "Dom Casmurro" et "Les Mémoires posthumes de Brás Cubas".

Pour en savoir plus: Les 10 chefs-d'œuvre de la littérature brésilienne

3. Alberto Santos-Dumont (1873 - 1932)

Alberto Santos-Dumont - Les 10 brésiliens les plus illustres
Alberto Santos-Dumont

Moitié français, moitié brésilien

Alberto Santos-Dumont est né le 20 juillet 1873 dans l’État de Minas Gerais. Santos, c’est le nom de sa mère, une brésilienne et Dumont, le nom de son père, un français naturalisé brésilien, dont la famille avait quitté la France pour faire fortune dans les plantations de café au Brésil. 

A 18 ans, Alberto est contraint de déménager en France. Son père a un grave accident de cheval et pour se faire soigner, il vend l’immense plantation de café, quitte le Brésil et s’installe à Paris,  C’est donc à Paris à l’école des Arts et Métiers qu'Alberto va entreprendre des études d’ingénieur. 

Héro de l'aviation

Passionne par l’aéronautique, il développa d'abord des dirigeables et par la suite des petit avions qui combinaient pour la première fois, les bases essentielles des avions modernes. Il remporte de nombreux prix et établit plusieurs records. Cet élégant brésilien était devenu la coqueluche du tout-Paris.

Devant une foule parisienne en délire, le 23 octobre 1906, Santos-Dumont vole sur soixante mètres à une altitude de deux à trois mètres. Ce fut le premier véritable vol d'un plus lourd que l'air autopropulsé. Et le 12 novembre, il parcourt en vol une distance de 220 m en 21 secondes. Cette performance est homologuée par la Fédération Aéronautique Internationale (FAI) comme le premier record du monde d’aviation. 

Mais en mars 1910, atteint de sclérose en plaques et souffrant de dépression nerveuse, il annonce du jour au lendemain qu'il abandonne l'aviation. Dès lors, son existence sera une longue descente physique et intellectuelle. Il se suicide le 23 juillet 1932, dans un hôtel d’une station balnéaire près de São Paulo. Il avait 59 ans. 

Symbole de l'amitié franco-brésilienne

Cet inventeur de génie était fier de sa nationalité brésilienne et bien qu’il vécut principalement en France, il revenait régulièrement dans son pays natal. Au Brésil, il eut droit à des funérailles nationales et son nom fut donné à sa ville natale. Le premier aéroport construit à Rio de Janeiro s’appelle Santos-Dumont., face au piton rocheux du “Pain de Sucre”.

De nombreuses rues et endroits publics portent son nom au Brésil. Des stèles et des statues le représentant sont visibles dans plusieurs villes du pays. La plus fameuse est sans doute celle qui se trouve à côté des Chutes d’Iguaçu. En 1916, lorsqu’il découvre les chutes, il fut tellement impressionné par la beauté du site qu’il se dépensa sans compter afin de créer à cet endroit un Parc national.

Mais c’est en France, plus précisément en Région parisienne qu’il réalisa ses exploits. En 1913, il reçu le titre de commandeur de la Légion d'Honneur pour services exceptionnels rendus à l'aviation. Plusieurs rues et un lycée en France portent le nom de Santos-Dumont. Et comme hommage de l’aéro-club de France dont il fut l'un des membres fondateurs, une statue le représente à Saint-Cloud.

Pour en savoir plus: Santos-Dumont, pionnier de l'aéronautique

4. Getúlio Vargas (1882 - 1954)

Getúlio Vargas - Les 10 brésiliens les plus illustres
Getúlio Vargas

Emergence d'une classe moyenne issue de l'immigration européenne

Getúlio Dorneles Vargas est né le 19 avril 1882 dans le sud du Brésil, près de la frontière avec l’Argentine. Après des études de droit, il est élu député à l'Assemblée de l’Etat de Rio Grande do Sul, en 1909. Député fédéral dès 1923, il devient par la suite ministre de l’économie et président de l’Etat de Rio Grande do Sul.

La période qui va de 1889 à 1930 au Brésil est connue sous le nom de “Vieille république”. Pendant cette période de nombreux européens débarquent dans le sud du Brésil. Cette immigration a profondément modifié et enrichi le pays. Il y avait en effet de nombreux intellectuels, des médecins, des commerçants qui ont fondé des hôpitaux, des usines, des magasins et les premiers syndicats ont été créés. Petit à petit, une société dominante issue de l’immigration a émergé et une classe moyenne grandissante a commencé à s'opposer à l’oligarchie en place. Le gouvernement ne pouvait plus résister et le régime dictatorial des grands propriétaires est renversé par le coup d'Etat du 4 octobre 1930. Getúlio Vargas devient président, il forme un gouvernement provisoire qui suspend la constitution et dissout le Congrès national et les Congrès d'États.

Président du Brésil pendant plus de 18 ans

Vargas va gouverner le Brésil en 3 phases bien distinctes: de 1930 à 1934 dans le gouvernement provisoire, de 1934 à 1937 dans le gouvernement constitutionnel, élu par le Congrès national et de 1937 à 1945 dans un cadre autoritaire. Pendant ces 15 années, de grands travaux de modernisation ont été entrepris,  il a accordé le droit de vote aux femmes, a introduit le vote à bulletin secret et œuvré pour les droits des travailleurs, en réformant les lois du travail. 

En 1945 il est déposé par un coup d'Etat mais sa popularité était telle (Il était surnommé le “père des pauvres”) qu’en 1950, Vargas est réélu démocratiquement président de la République à une écrasante majorité en bénéficiant d'un grand courant patriotique, en réaction d'une part à la menace soviétique et d'autre part à l'ingérence américaine.

En 1954, suite à une sombre affaire de tentative d’assassinat, il est sommé de démissionner. Sous la menace d'un coup d'état militaire, il se suicide.

Pour en savoir plus: L'histoire du Brésil de 1889 à 1985

5. Oscar Niemeyer (1907 - 2012)

Oscar Niemeyer - Les 10 brésiliens les plus illustres
Oscar Niemeyer

L'époque du modernisme

Les principaux bâtiments publics de Brasilia, le secrétariat des Nations Unies à New York, le siège du Parti Communiste à Paris... Voilà quelques unes des 600 œuvres de l’architecte Niemeyer. 

Oscar Ribeiro de Almeida de Niemeyer Soares a vu le jour à Rio de Janeiro le 15 décembre 1907 et il est décédé dans cette même ville en décembre 2012, à près de 105 ans. 

En 1934, jeune diplômé en architecture, il rejoint le cabinet d’urbanisme de Lucio Costa à Rio de Janeiro. C’est la grande époque architecturale du modernisme, avec notamment l’architecte franco-suisse Le Corbusier. Niemeyer s'en démarquera à travers son goût pour les courbes à l'opposé du style du franco-suisse qui lui paraît rigide et tristement fonctionnel. 

Architecte de Brasilia

Au début des années 1940, l’aménagement des abords du lac artificiel de Pampulha près de Belo Horizonte sera sa première grande œuvre. Juscelino Kubitschek, futur président, demande à Niemeyer de bâtir un complexe de plusieurs bâtiments : une église, un club nautique, un casino et une salle de bal. L'architecte va alors élaborer un ensemble surprenant de lignes droites et de courbes. 

Kubitschek, devenu président de la République en 1955, décide alors de mettre en œuvre un projet sans cesse reporté : la construction d’une nouvelle capitale, Brasilia au cœur géographique du pays. 

Lucio Costa est chargé de réaliser le plan d’urbanisme, qu’il dessinera en forme d’avion aux ailes incurvées tandis que Niemeyer doit construire les principaux bâtiment publics: la cathédrale, le Congrès national, des Ministères, le Tribunal suprême, le Palais de la présidence… En un peu plus de trois ans, par la force de milliers d’ouvriers travaillant jour et nuit, la nouvelle capitale va sortir de terre: un véritable choc architectural qui a fait entrer le Brésil dans la modernité. Brasilia, une cité futuriste inaugurée en 1960 et inscrite au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco en 1987. 

Exil en France

Le coup d'État militaire de 1964 va contraindre Niemeyer à s’exiler en France grâce au soutien d’André Malraux, alors ministre de la culture. Il y passera une vingtaine d'années et bâtira la maison de la culture au Havre, la “Bourse du travail” de Bobigny, le siège du quotidien “L’Humanité” et surtout, le siège du Parti Communiste, place du Colonel-Fabien, à Paris.

En 1988, il reçoit le Prix Pritzker, l’équivalent du prix Nobel en architecture et pour son centième anniversaire, il est élevé par la France, au grade de commandeur de la Légion d’honneur.. Jusqu’à plus 100 ans, il va continuer à élaborer des projets et des édifices signés Niemeyer font sortir de terre. Toujours bon pied bon œil, il va même se remarier à l’âge de 99 ans.

Pour en savoir plus: Niemeyer, le grand architecte brésilien

6. Rachel de Queiroz (1910- 2003)

Rachel de Queiroz - Les 10 brésiliens les plus illustres
Rachel de Queiroz

Première femme admise à l'Académie brésilienne des Lettres

Rachel de Queiroz est née le 17 novembre 1910 à Fortaleza et est décédée le 4 novembre 2003 à Rio de Janeiro.

En 1977, elle est la première femme élue à l'Académie brésilienne des Lettres, et en 1993 elle est également la première femme à recevoir le prix Camões, le plus important prix littéraire du monde lusophone.

Très jeune, elle a commencé a écrire des chroniques pour des journaux et son premier roman, "O Quinze", également le plus célèbre, parait en 1930, alors qu'elle n'a que 19 ans. Elle raconte la lutte des peuples du Nord-Est du Brésil contre la sécheresse et la misère. Dès ce moment, elle deviendra une femme de lettres reconnue et par la suite, de nombreuses distinctions récompenseront son travail de romancière, de dramaturge et de journaliste.

Pour en savoir plus: Les 10 chefs-d'œuvre de la littérature brésilienne

7. Pelé (1940)

Pelé - Les 10 brésiliens les plus illustres
Pelé

Le plus illustre des footballeurs

Edson Arantes do Nascimento est né le 23 octobre 1940 dans l'Etat de Minas Gerais. A l'âge de 2 ans, sa famille déménage à Bauru dans l'Etat de São Paulo où son père avait trouvé du travail et une place dans l'équipe locale de football. Le surnom de Pelé lui a été donné a cette époque, lorsque enfant, il s'entrainait avec son père.

Remarqué par les recruteurs du FC Santos, Pelé quitte sa famille en 1956 à l'âge de 15 ans pour s'installer à Santos. Rapidement il se met en valeur et à 17 ans seulement, Pelé est appelé en équipe nationale pour disputer la Coupe du Monde en Suède. Contre toute attente, le Brésil devient pour la première fois, champion du monde. Pelé a inscrit 6 buts en l'espace de 3 rencontres. Il passera 18 ans ans au FC Santos, de 1956 à 1974, disputant 660 rencontres et inscrivant 643 buts. Avec la sélection nationale, il a joué 92  matches et scoré à 77 reprises.

Pelé est considéré comme le plus grand joueur de football de l'histoire, il est le seul à avoir été champion du monde à 3 reprises, en 1958, 1962 et 1970, avec la sélection brésilienne. Il a reçu plusieurs récompenses individuelles comme le prix d'athlète du siècle par le CIO et le joueur du 20e siècle par la FIFA .

Pour en savoir plus: Le football au Brésil et Top 10 des clubs de football préférés des brésiliens

8. Lula (1945)

Lula - Les 10 brésiliens les plus illustres
Lula

Icone de la gauche

Septième et avant-dernier enfant d'une famille modeste, Luiz Inacio Lula da Silva est né en 1945 dans le nord-est du pays, la région la plus pauvre du Brésil,. En 1952, pour fuir la misère, sa famille déménage dans la sud-est, à São Paulo. A l’âge de 14 ans, il devient tourneur dans une usine automobile. 

Au début des années 1960, il milite au sein du puissant syndicat des métallurgistes où ses talents de tribun et de négociateur sont remarqués. A 30 ans, il devient président de ce syndicat et une figure du syndicalisme brésilien avec son allure de révolutionnaire à l’épaisse barbe noire. Sous la dictature militaire, ses prises de position lui vaudront quelques courts séjours en prison. Au début des années 1980, Lula fonde le Parti des Travailleurs (PT), un parti inspiré du socialisme, qui prône l’égalité sociale et qui s’implique dans les luttes et les revendications sociales. En 1986, Lula est élu député et en 1989, il se présente pour la première fois à l’élection présidentielle. Après trois tentatives infructueuses, il est élu Président et entame son mandat le 1er janvier 2003. Lula, premier président issu de classe ouvrière va œuvrer en faveur des plus démunis en créant la “Bolsa Familia” une allocation qui permet aux plus pauvres de bénéficier d’un minimum de moyens d’existence. Cette initiative est à l’origine de sa popularité auprès des classes défavorisées, en particulier dans la région du nord-est d’où il est originaire. En 2009, le journal “Le Monde” le désignait personnalité de l’année et l’année suivante, le “Time” lui attribuait le titre de dirigeant le plus influent au monde.


Corruption, fraudes et pots-de-vin

Son premier mandat (2003-2007) a été marqué par un énorme scandale de corruption organisé par les dirigeants de son parti, le PT. Le proche entourage de Lula (son chef de cabinet, le président du PT, le secrétaire général et le trésorier) détournait des fonds publics pour acheter les votes de députés qui en échange, approuvaient la politique de Lula. En tout, 25 personnes seront condamnées à des peines de prison en 2012 après de nombreux recours. Lula de son côté, sera comme par miracle, innocenté. Ce scandale avait failli coûter sa réélection en 2006. 

Plus récemment dans le scandale Petrobras ou "Lava Jata" (13,5 milliards de dollars détournés), Lula a été désigné par la Justice comme l'un des personnages centraux de la corruption. Poussés par des politiciens au pouvoir (principalement le PT), des dirigeants de l'entreprise publique Petrobras avaient passé des accords avec des sociétés du BTP pour surfacturer de titanesques chantiers et verser des commissions à des politiciens et à d’autres intermédiaires. Le 24 janvier 2018, Lula a été condamné en appel à 12 ans et 3 mois de prison, par le Tribunal fédéral du Curitiba. 

Ce 8 mars 2021, la Cour Suprême a décidé que le Tribunal de Curitiba n’avait pas la compétence appropriée pour juger Lula. Cette décision technique a entraîné l’annulation de ses condamnations et il a recouvré ses droits politiques. Toutefois, il n'a nullement été disculpé, les lourdes accusations portées à son encontre sont maintenues et Lula devrait être prochainement convoqué par le Tribunal fédéral à Brasilia. Des faits que certains médias passent étrangement sous silence en faisant croire que Lula a été innocenté. L'AFP qui abreuve le monde de la presse, de dépêches en principe neutres et fiables, a relevé la "sobre réaction du Parti des Travailleurs sur Twitter: Lula Innocent". 

Pour en savoir plus: Le scandale Petrobras ou "Lava Jata" et Lula, père des pauvres ou chef suprême de la corruption?

9. Paulo Coelho (1947)

Paulo Coelho - Les 10 brésiliens les plus illustres
Paulo Coelho

Traduit en 81 langues et 350 millions d'exemplaires vendus

Paulo Coelho est né le 24 août 1947 à Rio de Janeiro dans une famille bourgeoise. Ses parents le voulaient ingénieur, mais lui, adolescent rebelle, préférait le théâtre et les excès du mouvement hippie naissant. A tel point qu'à 17 ans, son père le fait interner dans un hôpital psychiatrique.

A 23 ans, il quitte Rio pour voyager à travers le Mexique, le Pérou, la Bolivie et le Chili, ainsi qu'à travers l'Europe et l'Afrique du Nord. Deux ans plus tard, il revient au Brésil et commence à composer avec succès, des paroles de chansons, notamment pour Raul Seixas, un des pionniers du rock brésilien. A cette époque, il compose des chansons et travaille comme journaliste, spécialiste de la musique brésilienne.

C'est sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, qu'il trouve l'inspiration de son premier livre, "Le Pèlerin de Compostelle", publié en 1987. L'année suivante, il publie "L'alchimiste", roman qui le rendra célèbre dans le monde entier.

Elu à  l'Académie brésilienne des Lettres en 2002, ses œuvres traduites en 81 langues, ont été vendues à  plus de 350 millions d'exemplaires.

10. Ayrton Senna (1960 - 1994)

Ayrton Senna - Les 10 brésiliens les plus illustres
Ayrton Senna

Le meilleur pilote de Formule 1 de tous les temps

Disparu tragiquement à l'âge de 34 ans lors du Grand Prix de Formule 1 de Saint-Marin disputé à Imola, Ayrton Senna est considéré par beaucoup comme le meilleur pilote de F1 de tous les temps.

Ayrton Senna da Silva est né le 21 mars 1960 à São Paulo dans une famille aisée. Son père était un riche entrepreneur et propriétaire terrien.

Il a commencé la compétition par le karting dès l'âge de 13 ans. Champion d’Amérique du Sud en 1977, il est engagé par une écurie italienne et termine 2 fois vice-champion du monde de la discipline en 1979 et 1980. L’année suivante, il débute l’apprentissage en monoplace (Formule Ford et Formule 3) en Angleterre et il obtient sa première place en Formule 1 au sein de la modeste écurie Toleman lors de la saison 1984. Dès la cinquième course, il se fait remarquer. A Monaco, sous des trombes d’eaux, il effectue une splendide remontée et termine deuxième derrière Alain Prost, son futur grand rival.

L'année suivante, il est engagé par Lotus-Renault. Entre 1985 et 1987, il obtient 16 pole-positions et 6 victoires. En 1988, il rejoint McLaren-Honda et sera sacré champion du monde en 1988, 1990 et 1991 en s'imposant à 35 reprises. Après des saisons 1992 et 1993 plus compliquées en raison de l'écart technologique par rapport à Williams-Renault, Senna décide de rejoindre cette écurie en 1994. Son objectif est clair: conquérir un quatrième titre mondial.

Lors de la troisième course, le Grand Prix de Saint-Marin disputé sur le circuit d'Imola, alors qu'il est en tête de la course, sa monoplace quitte la piste et heurte un mur en béton à plus de 200 km/h.

Pour en savoir plus: Le Brésil, les brésiliens et la Formule 1