· 

Goiânia, loin des clichés sur le Brésil

Ni samba, ni bossa nova, la musique la plus populaire à Goiânia, c’est la musique de la campagne, la country brésilienne, “a musica sertaneja”, bien loin de l'image d'exubérance tropicale.

 

Goiânia est d’ailleurs considérée comme la capitale de cette musique, originaire du "Sertao", une région aride et pauvre du nord-est du pays. Cela peut paraître étonnant mais la musique sertaneja est la plus jouée à la radio et dans les fêtes au Brésil. Selon la société Crowley, spécialisée dans l'industrie de la musique, sur les 100 chansons les plus entendues à la radio l'année dernière au Brésil, 75 étaient du genre "sertanejo".

 

A partir des années 1980, cette musique est devenue célèbre avec des spectacles organisés en marge de foires agricoles. Et plus récemment dans sa version moderne (des guitares et piano électriques ont été ajoutés aux guitares traditionnelles et à l'accordéon), la musique sertaneja a été propulsée vers l'avant scène bien au-delà du Brésil avec des succès planétaires comme “Balada” de Gusttavo Lima ou “Ai se eu te pego” de Michel Telo, qui commence avec le fameux "Nossa! Nossa!". Des vedettes auprès desquelles le footballeur Neymar se joint volontiers sur scène.

 

Contrairement à de nombreuses villes au Brésil, Goiânia n’a pas de tradition carnavalesque. A l’occasion des jours fériés de carnaval, les habitants quittent la ville pour se rendre principalement à Caldas Novas... 

52 semaines, 52 chroniques dans un livre de 234 pages